Le Full Stuff du Free to Play sur PC

Gotham City Impostors : plutôt clown ou chauve-souris ?

16/20Vous avez toujours rêvé de parcourir les rues de Gotham City dans un costume de chauve-souris pour sauver la veuve et l’orphelin ou au contraire de terroriser la population sous votre plus beau maquillage de clown ? L’imposteur que vous incarnerez dans Gotham City Impostors tentera en tout cas de réaliser ce rêve à chaque fois que son super-héros ou super-vilain favoris aura quitté la ville. Gadgets en tout genres et armes délirantes sont au rendez vous dans ce FPS plutôt barré.

Il existe deux grandes familles de FPS. Les premiers sont destinés à l’e-sport, la compétition et le travail d’équipe comme le sont Call of Duty, Counter Strike et autres Battlefield. Les seconds, plus orientés « fun » mettent avant tout l’accent sur un gameplay amusant et varié quitte à délaisser un peu l’équilibrage des armes et accessoires comme le font Team Fortress ou Renaissance Heroes. Gotham City Impostors fait parti de cette seconde catégorie, en témoigne son gameplay à base de katanas, lance-perroquets ou encore de tyrolienne.

Le principe de Gotham City Impostors est simple et reste très classique : deux équipes, soit d’un côté les hommes chauve-souris et de l’autre les jokers, s’affrontent au moyen d’armes à feu en tout genre dans des modes de jeu tels que le match à mort par équipe, la capture de point ou encore l’élimination confirmée. Rien de bien original de ce côté (comme la plupart des FPS existants me direz vous) mais quelques subtilités comme la possibilité de monter sur les toits au moyen de trampolines par exemple.

Un univers délirant

Style Cartoon Gotham City Impostors

Le style graphique est très « cartoon »

Graphiquement Gotham City Impostors adopte un style « cartoon » qui correspond très bien à l’univers du jeu. Les environnements sont variés et reprennent assez fidèlement les lieux célèbres de la ville de Gotham City. On se retrouve à combattre ses adversaires dans le célèbre parc d’attraction du Joker, Amusement Mile, ou encore à lutter dans l’usine chimique Ace Chemical. La modélisation des personnages, qu’il est possible de personnaliser au fil de votre progression, est elle aussi réussie. On peut choisir de jouer un personnage léger et rapide, mais ne pouvant pas porter d’armes lourdes sans être extrêmement ralenti, un personnage équilibré ou plutôt un gros balèze, lent mais costaud.

Il vous sera aussi possible de modifier jusqu’à la voix de votre personnage, qui ne manquera pas de railler vos adversaires à chaque vous que vous les tuerez ou encore de personnaliser leurs costumes. Là encore, le côté délirant du jeu est mit en avant. Pas d’équipement militaire au programme mais plutôt des maillots de bains, des vestes en cuirs et des énormes symboles de chauve-souris collés au scotch sur le torse. Le jeu ne se prend pas au sérieux, et cela lui va bien. On retrouve bien sûr un certain nombres de costumes achetables avec la monnaie du jeu et d’autres payables uniquement en argent réel, un modèle économique qui a déjà fait ses preuves.

Un Gameplay orienté « fun »

Gameplay Gotham City Impostors

Le gameplay est orienté « fun ». Explosions garanties !

L’orientation délirante de Gotham City Impostors se fait aussi ressentir dans les armes qui sont mises à votre disposition pour dérouiller vos ennemis sur le champ de bataille. On y retrouve entre autre des armes classiques comme la mitrailleuse ou le sniper aux côtés du lance-perroquets, du katana et du canon givrant. Le gameplay est précis et varie d’une arme à l’autre si bien qu’il faut souvent un temps d’adaptation quand vous en changez. Il vous est aussi possible de personnaliser vos armes en leur rajoutant des accessoires tels qu’une lunette de visée, des balles perforantes ou encore un chargeur plus grand, mais aussi de les repeindre dans des couleurs plutôt bizarres, souvent « flashy ».

En plus des armes et accessoires, vous bénéficiez aussi de gadgets comme des patins à roulettes pour vous déplacer plus vite ou sauter des obstacles, un grappin pour vous accrochez aux murs et ainsi atteindre des endroits inaccessibles autrement ou encore un jet pack. A cela s’ajoute des « anecdotes » qui sont en fait l’équivalent des atouts sur Call Of Duty et offriront des bonus spécifiques à votre personnage, des carnages (qui correspondent aux séries d’éliminations et de morts), ainsi que le profil psychologique de votre personnage. Armes, accessoires, gadgets et autres se débloquent au fur et à mesure que vous augmentez de niveau dans le jeu mais sont aussi achetables via la boutique en devise réelle.

Mais cette orientation de gameplay a aussi ses désavantages. A vouloir mettre à disposition des joueurs des armes délirantes, Gotham City Impostors souffre quelques fois de problèmes d’équilibrage. Exemple flagrant de ce défaut, le combo katana et rollers, utilisé par de nombreux joueurs, devient très frustrant car beaucoup trop puissant et presque impossible à contrer en un contre un.

Une instabilité qui nuit au jeu

Seul véritable point noir de Gotham City Impostors, l’instabilité du jeu et les quelques bugs que cela entraîne. Mauvaise gestion des hôtes de parties qui entraîne un ping élevé et un lag pour tous les joueurs de la partie ou encore des problèmes de connection qui vous empêchent parfois de trouver une partie et donc de jouer sont autant de petits problèmes qui nuisent au plaisir de jeu. D’autant plus que certains peuvent persister au point de durer des après-midi entières.

-Alguard-

Gotham City Impostors est disponible sur Steam.

Les + :

– un univers délirant et bien réalisé

– un gameplay orienté « fun » vraiment plaisant

– un modèle économique équilibré

– une personnalisation de personnage variée

Les – :

– un manque d’équilibrage (léger)

– pas de modes de jeu originaux

– une instabilité qui nuit au jeu et peut déconcerter

Alguard
Alguard - Seigneur de Free to PC et chasseur de dragons

Vous devez être connecté pour poster un commentaire. Login

Répondre

Login



  S'inscrire І Mot de passe oublié

Fermer la fenêtre